5. Quetzaltenango

Lundi 15 mai 2017. Départ à 7h de San Pedro la Laguna pour rejoindre Quetzaltenango, capitale des hautes terres. La première heure de bus est particulièrement éprouvante. La route qui serpente dans la montagne est truffée de nids de poule qui nous obligent à nous cramponner fermement aux sièges pour éviter de décoller! Après 3h nous atteignons enfin Quetzaltenango (ou Xela sous son appellation dérivée du maya quiché) située à environ 2400m d'altitude. Après avoir rejoints l'hôtel Lar Antiqua, nous décidons de partir illico pour San André Xecul qui possède une des églises les plus incroyable du pays. Il faut l'admirer l'après-midi (lorsque le soleil l'éclaire) et comme justement le soleil perce un peu, il est temps de s'y rendre! Première étape : prendre un collectivo bondé pour le terminal Minerva (24 dans un van!). Deuxième étape : prendre un bus vers le nord qui nous déposera au carrefour de Moriera. Troisième étape: intercepter un bus pour San André Xecul et atteindre le village après une heure de trajet pour... 12 km parcourus! Mais le mini périple en valait la chandelle. La façade de l'église est extraordinaire. D'un jaune vif intense, elle est chargée de décorations très colorées également (en jaune, rouge et bleu). Des fleurs, des anges et des jaguars s'y côtoient sans raison apparente?! Pour l'anecdote, dans un premier temps carine aperçoit une autre église jaune au sommet du village et est persuadée que c'est celle-ci la fameuse église! En l'atteignant, elle doit se rendre à l'évidence que cette petite église jaune peu décorée n'est pas la célèbre église! À côté de cette dernière figure un petit autel chrétien au pied duquel des offrandes sont brûlées lors de cérémonies mayas! Retour à la première eglise (la bonne) pour en visiter l'intérieur cette fois! Il n'est pas mal non plus à part le néon bleu très kitch au dessus de l'autel! Retour à Quetzaltenango à la même vitesse moyenne... 12 km/h!Eglise de San Andres Xecul

Mardi 16 mai 2017. Ce matin direction Zunil (en bus), petit village situé au sud de Quetzaltenango. De là, nous négocions un pick-up pour nous rendre aux Fuentes Georginas, ensemble de sources chaudes situé à 8 km au dessus de Zunil (dans la montagne). La route pour s'y rendre est superbe, bordée de champs cultivés de pommes de terre, carottes, choux, radis, etc... disposés géométriquement à flanc de montagne. Ce sont des indiens (et indiennes) qui travaillent ces terres fertiles. En prenant de l'altitude une brume mêlée à de la vapeur de soufre nous entoure. La visibilité devient très réduite ce qui ne nous empêche pas d'apercevoir un koati dès l'entrée du parc! Nous filons au bassin principal au milieu d'une végétation tropicale exubérante. La baignade dans ce spa naturel à l'eau (très) chaude est très agréable et relaxante! La fumée qui s'échappe du bassin été des roches avoisinantes ajoute une touche magique au tableau. À la sortie du parc nous assistons à une cérémonie maya autour du premier bassin. Redescente à pied des Fuentes, dans un temps (pas de véhicule là haut), puis après 3,5 km nous interceptons un pick-up qui nous conduit à  Zunil. Nous profitons du marché de fruits et légumes qui a lieu le mardi. Pas de touristes ici et seulement des indiens qui nous regardent d'un air amusé. Un marché haut en couleurs et en odeurs (agréables)... muy tipico! De retour à Quetzaltenango, nous nous perdons dans un autre marché typique, mais plus urbain et diversifié (fringues, bouffe, objets électroniques et babioles diverses): celui de la Democracia, au nord du centre ville.

Fuentes GeorginasMercredi 17 mai 2017. Après un bon desayuno, direction Almolonga, petit village qui n'a d'intérêt que son marché du mercredi (ça tombe bien). Après quelques km de bus nous sommes au cœur de ce petit pueblo très animé. Comme à Zunil la veille, c'est un festival de couleurs (celles des fruits et légumes et des tenues des femmes) et d'odeurs (persil, coriandre, menthe, etc...). Étant les seuls touristes, nous attirons la sympathie et la curiosité des locaux (100% indiens). De retour à Quetzaltenango, nous décidons d'explorer un peu cette ville en nous éloignant un peu du centre. Nous commençons par les faubourgs du sud de la ville qui s'accrochent aux flancs d'une colline. La pauvreté est un peu plus visible ici mais les maisons sont plus colorées. Et puis nous bénéficions de points de vue sympathiques. Puis nous partons au nord du parque centrale, très coloré également, mais plus riche, avec des collèges privés, visiblement réservés à une certaine élite. Retour au centre-ville où je fais quelques emplettes dans un super marché presque désert. À la caisse pas de caddies, ni même de paniers. Les trois, quatre clients devant moi n'ont chacun qu'un seul article à la main. Avec mes deux bières et mon paquet de maïs grillés pimentés, je suis presque un peu géné de faire montre de tant d'abondance!

AlmolongaJeudi 18 mai 2017. Dernier jour à Quetzaltenango. Nous décidons de nous rendre à San Francisco del Alto, même si le grand marché y a lieu le vendredi (demain nous on part pour le pacifique...). Trajet assez rapide grâce à un chauffeur (un peu trop) nerveux. Nous pensions errer seuls dans un petit pueblo désert, mais non, pas du tout, un marché assez grand s'y tient également le jeudi (et si ça se trouve d'autres jours aussi, mais aucune mention dans le routard et le lonely réunis). Marché de fruits et légumes et vêtements en tout genre (notamment de très jolis gilets en laine si je m'en réfère aux très s nombreux arrêts devant les 250'stands spécialisés). Toujours pas blasés d'observer les femmes mayas en tenues traditionnelles colorées, bébé sur le dos, portable dans une main et sac de courses dans l'autre! Et puis les sollicitations incessantes et amusantes des vendeurs, comme autant de mantras entêtants, participent positivement à l'ambiance générale. Étape suivante: Salcaja, sur la route du retour vers Quetzaltenango. Cette petite ville est surtout connue pour l'église de San Jacinto, la première église chretienne d'Amérique centrale (1524). Édifice globalement assez austère qui tranche avec les décorations en stuc, un peu kitchs, d'ananas et de bananes sur sa façade! En parcourant le centre ville nous tombons une fois de plus sur un marché. Mais alors, le Guatemala tout entier ne serait-il pas un immense marché?! On y trouve en particulier des textiles de style ikat, tissés localement. Retour à Quetzaltenango pour profiter de notre dernière soirée ici avant de rejoindre Monterrico, sur le pacifique, demain.

Iglesia San Jacinto, Salcaja